Politique

Une bonne politique ? Beaucoup de travail et de préparation, de l’écoute et de la disponibilité et surtout ne pas avoir peur de dénoncer ou de défendre avec énergie ce qui doit l’être !

La politique représente pour moi le défi permanent de transformer en actions concrètes des attentes et des projets :

  • 2009 : député-suppléant, Grand Conseil
  • 2013 : député, j’ai été membre de la commission de gestion, président de la commission cantonale de la jeunesse, actuel vice-président de la commission de justice et de la commission romande de détention pénale
  • Interventions parlementaires acceptées : postulat pour lapprentissage des gestes qui sauvent à l’école, pour des pactes damitié entre communes haut et bas-valaisannes, motion pour la réforme des marchés publics, postulat afin d’harmoniser la lutte contre le harcèlement scolaire

Œuvrer à développer le village où j’ai grandi est un honneur et un défi que je relève au quotidien depuis 2013.

  • 2013 : vice-président chargé des finances et du social
  • 2017 : président, des dossiers passionnants tels que la fusion avec Miège et Venthône, le développement d’un centre commercial ou le soutien à la participation citoyenne et à la mobilité douce jalonnent mon mandat.

Plusieurs projets de sécurisation de tronçons routiers ainsi que des mesures de promotion de la santé et d’activités en faveur des aînés y ont été développés. 

A Berne défendre quoi ?

• DURABILITÉ : urgence il y a. La Suisse doit montrer la voie en basant son action sur l’innovation et la responsabilité citoyenne. Récompenser et inciter les bons comportements sera plus efficace que les taxes et les subventions arrosoirs. Je m’engage à favoriser les énergies renouvelables, l’isolation des bâtiments, le recyclage et les luttes contre les gaspillages, alimentaires notamment.

• SÉCURITÉ : il n’y a pas de liberté sans sécurité. Des frontières ouvertes impliquent néanmoins une surveillance et une capacité d’intervention accrue, afin d’éviter le tourisme des cambrioleurs en zone frontalière notamment.
Je m’engage à soutenir davantage nos gardes-frontières et favoriser de meilleures collaborations entre intervenants (police, armée).

Notre appareil judiciaire et policier doit aussi pouvoir dissuader et fonctionner correctement. Cela nécessite :
o La fin du sursis automatique
o Le rétablissement des courtes peines privatives de liberté
o Un soutien aux différents intervenants de secours afin qu’ils puissent agir en urgence sans être à la merci systématique d’un retrait de permis

• PME (petites et moyennes entreprises)
Le libéralisme fonctionne à condition que les règles soient les mêmes pour tous. Je m’engage à :
o Protéger nos PME contre le dumping et la concurrence étrangère lorsqu’elle est déloyale
o Garantir des marchés publics non discriminants
o Soutenir nos filières d’apprentissage et la formation supérieure
o Mettre en place un congé paternité ou parental tenant compte des difficultés des artisans et des PME

(VIDEO) La position de Stéphane GANZER sur la sécurité en Suisse.

Le 20 octobre prochain, je vous propose de faire avec moi le choix d’un Valais, moderne, durable et sûr. Un Valais fort de ses typicités dans lequel ses habitants avancent ensemble !

Merci de votre soutien, en m’inscrivant 2X sur la liste de votre choix, ou mieux, celle de mon parti.

 

Vous trouvez le détail du programme politique des candidats PLR au Conseil national sur le site Internet (lien site web)

« Politique environnementale et climatique »

Les candidats PLR aux élections fédérales clarifient leur position

Les Suisses s’inquiètent pour le climat, à raison. Le réchauffement climatique est une réalité incontestable et les libéraux-radicaux s’engagent pour des mesures permettant à la fois de faire face aux défis du changement climatique et pour le réduire. 


Les Suisses s’inquiètent pour le climat, à raison. Le réchauffement climatique est une réalité incontestable et les libéraux-radicaux s’engagent pour des mesures permettant à la fois de faire face aux défis du changement climatique et pour le réduire. 

Le PLR, après avoir doté la Suisse d’institutions modernes et contribué à en faire un pays prospère, tient maintenant à en préserver son environnement. Lors d’une conférence de presse tenue ce jour face aux médias, les six candidats PLR aux élections fédérales ont souhaité clarifier leur position face à la question climatique, rappeler les réalisations libérales-radicales en la matière et exposer les mesures qu’ils sont prêts à soutenir dans les années à venir. Ils ont pour cela édité un papier de position « Une politique responsable et raisonnable pour le climat » que vous pouvez retrouver sur le site internet du parti cantonal. (lien site web)

1.    Une politique libérale-radicale pour le climat
Le PLR soutient des mesures en faveur du climat et cela n’est pas nouveau. Nous voulons respecter les engagements de la Suisse et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) conformément à l’accord de Paris. Les libéraux-radicaux s’engagent toutefois pour une politique de croissance économique, ouverte sur le monde et respectueuse des libertés des citoyens.  

2.    Les réalisations valaisannes du PLR
La formation libérale-radicale a porté beaucoup de projets-clefs qui font de la Suisse un pays qui ne part pas de zéro en matière de climat et d’environnement, loin de là. 
•    Réalisations dans le domaine de l’isolation des bâtiments, du chauffage écologique et de l’éclairage public.
•    Réalisations dans le domaine des énergies renouvelables.
•    Réalisations dans le domaine des transports.
•    Réalisation dans le domaine de la gestion des déchets.

3.    Les propositions du PLR
Le PLR soutient des propositions réalistes, durables et efficaces. Elles doivent permettre à la Suisse de respecter ses engagements tout en restant supportables pour la population. Le premier principe à respecter est celui du pollueur-payeur. En priorité, vu la source des émissions de CO2 en Suisse, les interventions doivent être menées dans le domaine des bâtiments, des transports et de l’industrie.

 

Présenté en conférence de presse le 11 juin 2019